Sanjeeyann, né au Port à l’île de la Réunion en 1989.

Dès son plus jeune âge, il affiche un amour pour les plantes et les fleurs. A l’âge de cinq ans il accède à un enseignement spirituel hindou à l’Ashram du Port et découvre les peintures de Patrick Nantaise, peintre portois dont il ne connaitra que les toiles qui décrivent des scènes mythologiques hindoues.  C’est le début d’un gout pour une certaine poésie, et d’une admiration pour l’art. C'est dans cet univers empreint de philosophie orientale et de passion pour les fleurs que le jeune Sanjeeyann se cultive.
Il a fait ses études à l’Ecole Supérieure d’Art de la Réunion de 2008 à 2014. Années durant lesquelles ses expérimentations  le mènent vers l’installation, la photographie, l’écriture, mais c’est au contact de la nature que son travail prend toute son ampleur. Admiratif des œuvres de Andy Goldsworthy et de Wolfgang Laib, il s'essaye à l'installation et la sculpture. Il quitte L’école d’art du Port en  2014 avec l’obtention de son Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique.

"Au début, le rien, le tout non manifesté.  C’est en m’intéressant au vide que j’ai commencé à coupler ma spiritualité à ma création. Qu’est-ce que le vide? Le non né. Ce qui par définition n’est pas.
Dans l’hindouisme on parle de Cela qui est rempli d’énergie endormie. Un état inerte qui se révèle uniquement lorsqu’il est invoqué dans une forme. 
Ma pratique artistique est de mettre en forme ces énergies, de les invoquer et de les évoquer dans mes œuvres. Telle la pratique du chamane, je m’applique à faire passer des informations d’un monde à l’autre. De l’informe à la forme."